Gérard Combes

Perpétuité 1
Perpétuité 1

press to zoom
vitrail tessons resine 80x160 cm
vitrail tessons resine 80x160 cm

press to zoom
SurLaTerre2
SurLaTerre2

press to zoom
Perpétuité 1
Perpétuité 1

press to zoom
1/3

"Artiste depuis les années 80. J’ai utilisé toutes sortes de matériaux (résines, mousses de

polyuréthane, verre, …) J’ai beaucoup fait d’installations dans lesquelles l’interaction avec le public était essentielle. Avec le recul, les questions de transparence et de lumière ont

toujours été dans mon travail. J’ai par ailleurs dans un autre contexte professionnel beaucoup manipulé l’image. J’ai été de nombreuses années projectionniste de cinéma et j’ai également beaucoup utilisé la vidéo. C’est donc tout naturellement que l’image en mouvement et son lien à la lumière se sont introduits dans mon travail d’artiste.

C’est ici au marché Dauphine, que je présente pour la première fois ce tout nouveau travail

dans lequel je m’affranchi (du moins temporairement) de la forme. Là je me concentre sur la lumière et sur l’image avec l’envie de me rapprocher de l’esprit du vitrail. Je taille le code HTML à la manière du verrier taillant dans les couleurs.

Les éléments présentés font partie de la série « Divins paysages » ", un ensemble d'oeuvres

virtuelles avec pour sources iconographique, soit des vidéos personnelles (captations), soit

avec la volonté de pousser au bout cette idée du virtuel, à partir d’images issues de l'internet,

de YouTube, de webcams privées ou publiques...

Je fabrique ici une iconographie profane pour nos nouvelles chapelles de l'image en continu

et porte mon regard sur notre façon de consommer de l’image.

L’utilisation de chaines de télévisions en continu, de webcam en direct nous met face à nos contradictions. A notre boulimie de réel, s’oppose un média virtuel. A l’intemporalité créée par ce mouvement perpétuel, la temporalité et la géographie des webcams qui nous rappellent les cycles des jours et les distances, tout comme dans le vitrail réel dont la

luminosité décline avec le jour et dont le verre nous protège et floute le monde extérieur".
 

Depuis 1986, des expositions en France et à l’étranger : 

Salons d’Art (Montrouge, Bagneux, réalités nouvelles, salon de mai, Biennale d’Issy Les

Moulineaux, Mitry Mory, Grande Halle de la Villette, Centre d’art et de plaisanterie de

Montbéliard, maison des métallos), Galeries en France : Galerie Mediart, Galerie Art’O, Galerie Pascal Vanhoecke

Commandes publiques : Aubervilliers, Clichy la garenne

A l’étranger : Institut Descartes D’Amsterdam, Hopstore of Guiness de Dublin

Travail de Design: Matériel d’éclairage pour le groupe Novelty, Tabourets pour le musée

d’Orsay, grilles de fer forgé pour Pierre et vacances et des réalisations pour des particuliers.

"Artist since the 80s. I used all kinds of materials (resins, foams polyurethane, glass, …) I have done a lot of installations in which interaction with the public was essential. With hindsight, issues of transparency and light have always been in my job. I have also in another professional context manipulated the image a lot. I was a cinema projectionist for many years and I also used video a lot. It is therefore quite naturally that the moving image and its link to light were introduced into my work as an artist. It is here at the Dauphine market, that I present this brand new work for the first time. in which I free myself (at least temporarily) from form. There I concentrate on the light and on the image with the desire to get closer to the spirit of stained glass. I cut the HTML code like a glassmaker cutting colors. The items shown are part of the "Divine Landscapes" series, a set of works virtual with iconographic sources, either personal videos (recordings), or with the desire to push this idea of ​​the virtual to the limit, using images from the Internet, YouTube, private or public webcams... I make here a profane iconography for our new continuous image chapels and looks at our way of consuming images. The use of continuous television channels, live webcam puts us face to face with our contradictions. To our bulimia of reality, is opposed to a virtual media".